Conduire au Québec

En séjour au Canada, installés temporairement ou définitivement, vous devez prendre les routes en voiture ? Conduire au Québec : particularités, validité du permis de conduire, achat de voiture, assurance... Tout ce qu'il faut savoir que vous soyez touriste, étudiant, PVtiste ou Résident Permanent.

Avant de prendre les routes, il faut connaitre quelques règles pour conduire au Québec. Validité du permis de conduire d'origine, particularités de code de la sécurité routière, points d'inaptitude... Ensuite, si vous vous installez dans la Belle Province, comment acheter votre voiture, l'immatriculer et l'assurer. Et quels sont les coûts annuels ?  Voici les principaux points à connaitre.

Immigrer Conduire au Québec monblogquebec

Conduire au Québec : validité du permis de conduire d'origine

Il est possible de conduire au Québec avec le permis de conduire d'origine. Cependant plusieurs cas de figure se dessinent.

En séjour au Québec moins de 6 mois

Il est autorisé de parcourir les routes au Québec avec votre permis de conduire actuel. Les permis rédigés en Français ou Anglais, sont valables tels quels. Dans le cas contraire, il est fortement recommandé de demander un permis international dans le pays d'origine du permis. Il faut alors avoir les 2 permis sur soi en cas de contrôle.

En séjour au Québec plus de 6 mois

Si le séjour se prolonge, il est obligatoire de posséder un permis de conduire international. Toutefois, il existe 2 exceptions : étudiants et stagiaires. Dans ces cas, le permis d'origine est valable pour conduire au Québec pendant toute la durée des études ou du stage.

Résident Permanent

Pour les Résidents Permanents qui décident de s'installer au Québec, le permis d'origine doit être échangé pour obtenir un permis de conduire québécois. Pour certains pays, il existe des ententes et  réciprocités avec le Québec, qui facilitent les démarches. Et la France en fait partie. La Province permet de conduire 6 mois avec le permis de conduire français. Passé ce délai, le permis d'origine n'est plus valide.  Pour connaitre votre situation, visitez le site de la SAAQ, Société de l'Assurance Automobiles du Québec. Nous expliquons plus loin comment échanger son permis et obtenir le permis québécois.

Conduire au Québec : les particularités 

Pour rouler au Québec, mieux vaut connaitre les particularités du Code de la Sécurité Routière.

Généralités
  • On roule à droite
  • Les limitations de vitesse, affichées en km/h, sont les suivantes : 50 km/h en ville, 30 km/h dans les zones scolaires ou dangereuses, 90 km/h sur les routes sauf dans certaines zones à 80 ou 70 km/h et 100 km/h sur les autoroutes.
  • L'usage du Klaxon est rare. On ne klaxonne que pour des raisons de sécurité et non d'impatience.
  • Le taux d'alcool autorisé est de 0,08, soit 80 mg d'alcool pour 100 ml de sang, pour les titulaires du permis "régulier" âgés de plus de 22 ans. Le taux est de zéro pour les jeunes conducteurs, les apprentis conducteurs et les titulaires du permis probatoire
  • Les panneaux ARRET sont très fréquents et assez déconcertants : 3 ou 4 arrêts en même temps. Qui passe ? C'est très simple : les automobilistes passent dans l'ordre d'arrêt au croisement. Le premier arrêté passe et ainsi de suite.
Immigrer Conduire au Québec monblogquebecParticularités
  • Les feux tricolores, appelés lumières, se situent de l'autre côté du croisement. Il faut s'arrêter avant le carrefour, à la ligne blanche sur le sol.
  • On peut tourner à droite au feu rouge, sauf signalement contraire et sauf à Montréal. Cependant, il faut marquer l'arrêt avant de passer.
  • Le feu clignotant vert et la flèche clignotante verte sont courants. Ils indiquent que vous avez la priorité pour tourner à gauche. Il faut tourner devant les voitures en sens inverse.
  • Les interdictions dépendent parfois du trafic : à Montréal, les interdictions de tourner à gauche sont souvent valides le matin et le soir. Certaines voies sont ouvertes selon la circulation : ponts, grands axes, autoroutes autour de Montréal.
  • Les panneaux de stationnement sont complexes. Le stationnement est autorisé selon les zones, les jours, les heures et les vignettes de résident (du quartier). Il faut apprendre à les décoder. Pas de stationnement devant un trottoir jaune, ni devant une bouche à incendie rouge.
Sécurité
  • Les piétons sont respectés. Les voitures s'arrêtent toujours et loin d'eux pour les laisser traverser. C'est très appréciable. Et c'est réciproque : les piétons ne traversent qu'aux passages autorisés et au feu vert (piéton allumé en blanc ou main avec décompte des secondes en orange).  Sinon, ils sont passibles d'une amende. Et cela arrive fréquemment.
  • Attention aux autobus scolaires. Quand leurs feux rouges clignotent avec le panneau arrêt  déployé, il faut absolument s'arrêter immédiatement, à une distance de 5 mètres. Cela permet aux écoliers de monter / descendre en toute sécurité. Il n'est possible de redémarrer qu'une fois les feux éteints. Et devant une école cela peut parfois durer 15 minutes...

Immigrer Conduire au Québec monblogquebec

  • Les pneus neige sont obligatoires en hiver, du 15 décembre au 15 mars, même sur un 4x4.
  • La circulation en 2 roues (moto ou autre) est interdite en hiver, du 15 décembre au 15 mars. Toutefois, depuis peu, les motos équipées de pneus neige sont autorisées.

Conduire au Québec : obtenir le permis de conduire québécois

Français installés à Montréal depuis l'été 2017, nous avons échangé notre permis. Voici comment se déroule cette démarche.

Rendez-vous à la SAAQ

Nous avons pris rendez-vous avec le bureau de la SAAQ. Il faut anticiper car ces services sont très demandés. Nous avons préparés les pièces nécessaires : permis de conduire français, carte de Résident Permanent, CRP (Confirmation de Résident Permanent), preuve de résidence (Carte Soleil par exemple). Après une première file, l'agent d'accueil vérifie notre rendez-vous et nous  attribue un numéro (1 par personne). Nous arrivons dans une grande salle d'attente, entourée de 70 guichets.

Après 45 minutes d'attente, nous nous dirigeons chacun vers notre guichet. L'agent nous pose quelques questions : avez-vous déjà demandé ou eu un permis canadien ou américain, adresse, téléphone, prénom souhaité, couleur des yeux, taille. Il nous fait ensuite valider et signer le formulaire "Admissibilité à l'obtention d'un permis de conduire", rempli sur informatique.  Nous devons lire une liste de problèmes médicaux à déclarer. Puis, nous réglons les frais.

Paiement des frais annuels

Pour la première année, les frais sont calculés au prorata du temps restant jusqu'à votre date d'anniversaire. En effet, ici, le permis se renouvelle à chaque date anniversaire, avec paiement des frais annuels. Pour ma part, les frais sont de 86,36$ pour 10 mois. Ces frais se divisent en droits de permis, contribution d'assurance, taxe sur assurance et frais d'administration pour échange de permis. Mon renouvellement devra se faire avant mon prochain anniversaire, dans une agence agréée. Par contre, le permis de conduire de Monsieur, âgé de plus de 48 ans, est valable 8 ans. Son renouvellement annuel se fera directement sur Internet. Pour nos jumeaux de 19 ans, ils obtiennent un permis probatoire (jeune conducteur). Leurs frais annuels sont un peu plus élevés : 93,03$ pour 11 mois.

Permis provisoire et photo

Après nous avoir rendu tous les papiers, l'agent nous remet un permis provisoire (petite feuille de papier imprimée), valable immédiatement. Il nous permet de conduire dès la sortie de notre rendez-vous et de faire immatriculer une voiture. Il est valable 3 semaines, en attendant de recevoir notre permis définitif.

Nous retournons dans le hall d'attente. Un guichet de photos ne tarde pas à nous appeler. Après vérification du dossier, l'agent nous prend en photo. Et voilà, 70 minutes pour obtenir le permis de conduire au Québec.

Permis de conduire québécois

Nous recevrons le permis définitif par courrier sous 5 à 8 jours. Et comme tous les papiers officiels au Québec, une petite carte format carte de crédit arrive quelques jours après : le permis québécois qui nous permet de conduire définitivement dans tout le Canada. C'est également une pièce d'identité officielle. Et comme je vous en ai parlé dans l'article "Les démarches de Résident Permanent", le permis de conduire de Madame est au nom de jeune fille uniquement (nom de naissance). Comme tous les papiers officiels : cartes bancaires, assurance, carte soleil... Evidemment, nous conservons également notre permis de conduire français.

Immigrer Conduire au Québec monblogquebec

Conduire au Québec : les points d'inaptitude

Au Québec aussi, le permis de conduire est à points. Par contre, ce sont des points d'inaptitude. Je m'explique. Au départ, vous avez 0 point d'inaptitude. A chaque infraction, vous recevez le nombre de points d'inaptitude correspondant au type d'infraction. Le nombre de points d'inaptitude autorisés varie selon la nature du permis et l'âge du conducteur. 4 points pour le permis probatoire de 2 ans, 8 points jusqu'à 23 ans, 12 points jusqu'à 25 ans et 15 points à partir de 25 ans.

A chaque infraction, les points d'inaptitude sont inscrits à votre dossier de conduite, ce pendant 2 ans.  Vous devez régler l'amende. Une fois le total des points dépassés, la SAAQ révoque ou suspend votre permis de 3 à 12 mois. Il faut alors obtenir un nouveau permis, avec examen théorique de réinsertion et paiement des coûts de l'examen et du permis. Pour finir, il y a majoration des frais de renouvellement de permis si vous avez des points d'inaptitude. En effet, la quote part de la contribution d'assurance augmente puisque vous êtes "mauvais" conducteur. La SAAQ nous remet un petit guide sur les points d'inaptitude en même temps que le permis.

Immigrer Conduire au Québec monblogquebec

Conduire au Québec : acheter une voiture

Une fois bien installés à Montréal, nous décidons d'acheter une voiture. Notre choix se porte sur un 4x4, avec une position de conduite haute sur la route et un comportement rassurant sur la neige. Au Québec, la majorité des transactions de véhicules se fait avec les professionnels. Il est vrai qu'ici, il y a moins de ventes entre particuliers qu'en France. Les démarches d'immatriculation sont plus compliquées.

Choisir son véhicule

Pour le marché de l'occasion, les annonces sont accessibles sur Internet. Nous avons consulté les sites suivants : kijiji (équivalent de Bon Coin), lespac, autohebdo...Nous sélectionnons alors quelques annonces et nous allons voir les voitures dans les concessions. Les vendeurs nous reçoivent chaleureusement, en prenant soin de bien noter nos besoins : modèles ciblés, caractéristiques, budget et financement.

Ici, chaque voiture subit un contrôle officiel "Carproof" qui atteste de l'état de la voiture et répertorie les accidents. Nous n'avons pas de carnet d'entretien, ni de factures. Sachant que nous avons opté pour un véhicule d'occasion de plus de 3 ans, nous avons choisi une extension de garantie. C'est moins cher qu'en France et rassurant pour notre premier achat.

Pour les véhicules d'occasion, on dispose d'une faible marge de négociation du prix (contrairement au marché des véhicules neufs). Le marché a changé avec le web : la concurrence est rude et les prix affichés doivent déjà être compétitifs. Au final, le prix des voitures est moins cher qu'en France.

Financer son véhicule

Après avoir choisi notre véhicule préféré, la transaction est très rapide. Nous avions le budget comptant, mais le Canada est un pays de crédit. Notre banquier nous recommande de souscrire à un petit crédit afin de faire "travailler" notre historique de crédit. Ce sera très utile par la suite. Dans la concession, le directeur financier s'occupe de notre dossier. Après quelques renseignements administratifs, pièces justificatives et accord sur le montant et les mensualités, il obtient une réponse instantanée de notre banque. Il n'y a pas de frais en cas de remboursement anticipé. Pour bien contribuer à notre historique de crédit, nous devons garder le prêt de 12 à 18 mois.

Immatriculer sa voiture

Pour avoir le droit de rouler au Québec, il faut immatriculer son véhicule auprès de la SAAQ. Et c'est là que cela se complique pour les transactions entre particuliers. Le vendeur et l'acheteur doivent se présenter en personne à un point service de la SAAQ. Dans le cas d'un achat chez un professionnel, il se charge de tout.

Immigrer Conduire au Québec monblogquebecLes frais d'immatriculation pour un véhicule de promenade sont de 116$ + 71,44$ de contribution d'assurance + frais selon le lieu et le modèle du véhicule. Ils seront à payer chaque année. Lors d'une première immatriculation, la SAAQ calcule les frais au prorata. Après avoir fait le dossier en ligne en quelques clics, le directeur nous sort une plaque d'immatriculation qu'il pose immédiatement sur notre voiture. Et voilà notre première plaque "Québec - Je me souviens". En plus nous pourrons la garder pour tous nos prochains véhicules.

Assurer son véhicule

Nous avons assuré notre véhicule auprès de notre banque Desjardins. Cette banque, partenaire de notre banque française le Crédit Mutuel, offre d'excellentes conditions aux "Nouveaux arrivants". Et pour l'assurance, c'est pareil. Ils prennent en compte notre historique d'assurance, sans même leur fournir les relevés d'information. Pour notre 4x4, notre cotisation est de 84$CAD/mois en tout risque avec bris de glace. Si nous ajoutons nos 2 garçons, jeunes conducteurs, sur notre contrat, nous avons un supplément de 250$/personne. Le concessionnaire demande une attestation d'assurance avant de nous livrer la voiture.

Immigrer Conduire au Québec monblogquebec

Et voilà, nous avons pu effectuer toutes les démarches en seulement 2 jours. Nous repartons, avec notre voiture, ravis et prêts à affronter les routes enneigées de l'hiver au Québec.

 

6 réflexions sur “ Conduire au Québec ”

  • 6 avril 2018 à 9:57
    Permalink

    combien de temps le code de la route et-il valide au Quebec ?

    Réponse
    • 8 avril 2018 à 3:38
      Permalink

      Bonjour, Je ne connais pas votre cas, mais vous pourrez trouver votre réponse sur le site de la SAAQ. Bonne continuation.

      Réponse
  • 6 avril 2018 à 9:59
    Permalink

    ces renseignements sont utiles pour chaque personne

    Réponse
    • 8 avril 2018 à 3:37
      Permalink

      Bonjour, Merci pour votre commentaire. Je suis ravie que cet article vous ai aidé. A bientôt.

      Réponse
  • 3 janvier 2019 à 5:07
    Permalink

    Bonjour,
    Lors de l’échange du permis de conduire, est-ce que la SAAQ garde le permis Français?
    Ou est-il possible de garder son permis de conduire Français pour une personne RP?
    Je n’ai pas du tout envie de perdre mon permis Français..

    Réponse
    • 3 janvier 2019 à 11:44
      Permalink

      Bonjour Lisa, Non, la SAAQ ne garde pas notre permis français.Nous sommes Résidents Permanents et nous avons conservé nos permis français. Ils servent lors de nos déplacements en France par exemple. A bientôt.

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.